Dans la tête – une expérience immersive | Installation vidéo et réalité virtuelle en vitrine | Du 12 avril au 12 mai 2018

Dans la tête – une expérience immersive

par Paule Mackrous

 

 

Dans la Vitrine, des objets hétéroclites sont en suspension. Nuages, tête sculptée d’Abraham Lincoln et animaux étranges forment un univers où convergent les quatre projets de réalité virtuelle créés pour Dans la tête – une expérience immersive. Des extraits de ceux-ci sont projetés sur l’un des murs de la Vitrine. À la lumière du « Making of » diffusé sur un iPad posé à l’intérieur de la vitre, on comprend l’importance du processus de création à l’origine des projets. 

Produits par TOPO et initiés avec les réalisatrices Martine Asselin et Annick Daigneault, les projets ont pris forme lors d’une série d’ateliers regroupant des personnes neurodiverses et neurotypiques. Si on juxtapose les deux types, dont le premier correspond aux multiples facettes de l’autisme, c’est que Dans la tête – une expérience immersive s’inscrit dans le paradigme de la neurodiversité, qui reconnaît la richesse des différences d’apprentissage et de perception[i]. Plutôt que de percevoir l’autisme comme une contrainte fonctionnelle, on le voit « comme fournissant de nouvelles capacités […][ii] ». Ainsi, le projet regroupe des voix singulières afin d’ouvrir la pratique artistique à de nouvelles possibilités.

Durant les ateliers, les discussions ont permis à chacun d’exprimer ses intérêts, ses idées à explorer. Que ce soit par les mots, les dessins, les sculptures, le travail du son et des images en mouvement ou par la création d’animations 3D dans le logiciel Unity, tous et toutes ont contribué aux univers virtuels. Des programmeurs se sont joints au groupe au cours du processus, lors de séances de programmation, selon le modèle des game jam, sous la direction de Peter Wilkinson et l’incubateur de projets Osmos Académie, pour intégrer le contenu créé en atelier et finaliser les projets.

Quatre thèmes principaux ont été retenus lors des ateliers. Ils inspirent les projets que l’on explore à l’aide du casque de réalité virtuelle (lors du vernissage dans la Vitrine, et après, dans l’espace de production de TOPO au 608). Monde abstrait nous entraîne au cœur du fantastique: une exploration de formes, de couleurs, d’objets étranges et d’effets de vertige. Sweets with Pete offre une version immersive de l’émission de cuisine de l’artiste animateur pour en faire une vidéo « dont vous êtes le héros »: en mettant le casque, le spectateur se trouve dans la position du cuisinier, comme si les mains étaient le prolongement de son corps. Les aventures de Terry prennent place au cœur de la forêt. Le spectateur est dans la peau d’un ratel, un animal carnivore qui, au fil de la chasse, aperçoit des animaux improbables. Une rencontre avec Lincoln présente les mémoires du président, racontées par le truchement de son effigie: une sculpture dont le visage est animé.

Si le résultat est à la fois ludique et fascinant, Dans la tête – une expérience immersive représente avant tout une exploration de groupe dont la cristallisation évoque la possibilité d’une rencontre féconde entre différents rapports au monde.

 

 

[i] [Notre traduction] Luca M Damiani, “Art, Design and Neurodiversity”, EVA ’17 Proceedings of the conference on Electronic Visualisation and the Arts, London, United Kingdom, Juillet 2017, pp 183-191.

[ii] Ibid, p.185